Aller au menu principal Aller au contenu principal

Nomination de Anne Houdusse à l’Académie des Sciences

Partager

Utilisatrice des lignes de lumière PROXIMA 1, PROXIMA 2A et SWING depuis 2008, Anne Houdusse Juillé a été élue à l’Académie des Sciences en décembre 2019. Elle rejoint ainsi Dino Moras et Félix Rey (élus respectivement en Novembre 1999 et Novembre 2010), eux aussi biologistes structuralistes et utilisateurs de SOLEIL depuis ses débuts.

Anne Houdusse est directrice de recherche au CNRS, responsable de l’équipe Motilité structurale du laboratoire Biologie cellulaire et cancer (CNRS/Institut Curie) à l’Institut Curie à Paris.

Anne Houdusse Juillé est reconnue à l’échelle internationale, notamment pour ses travaux sur les myosines. Ces protéines sont de véritables « nanomoteurs » dont le rôle dans la cellule est de produire une force dirigée. Les myosines sont indispensables pour de nombreux événements cellulaires essentiels, comme la division et l’organisation dynamique interne de la cellule, son adhérence et sa motilité. De nombreuses pathologies humaines sont associées à la dérégulation ou à la perte de fonction de ces moteurs moléculaires. Un exemple majeur est celui de la cardiopathie hypertrophique, une maladie génétique, responsable d’insuffisances cardiaques sévères, due à des mutations dans le gène de la myosine du muscle cardiaque – et donc des modifications de la myosine en question.


En collaboration avec la société Cytokinetics localisée en Californie, les recherches de Anne Houdusse ont permis le développement d’un médicament, l’Omecamtiv mecarbil (voir ci-contre, publication #4), dont la cible est les cellules musculaires cardiaques : ce médicament agit sur le cycle des myosines (c’est-à-dire la succession de réactions impliquant les myosines qui est responsable de la contraction musculaire), ce qui a pour conséquence d’amplifier la production de la force lors de la contraction du muscle cardiaque. Ce traitement prometteur fait actuellement l’objet d’un essai clinique de phase III(1) pour évaluer son efficacité et sa tolérance chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque.

 

Anne Houdusse a déposé son premier projet à SOLEIL lors du tout premier appel à projets, ouvert en 2007. Sa première expérience, réalisée en avril-mai 2008 sur PROXIMA 1, portait sur la myosine VI. Depuis, Anne a déposé un projet à chaque appel à projets. Son équipe utilise les lignes PROXIMA 1, PROXIMA 2A et SWING de façon très régulière à travers les accès du BAG (Block Allocation Group(2)) dont elle fait partie. Elle a été membre de l’ancien comité de programme 6 (CP6) « Life sciences / Health » de février 2007 à avril 2010 puis du CP5 « Biology, Health » de novembre 2010 à novembre 2014.

 

-------------------------------------------------------

(1) phase III : les essais cliniques d’un médicament comptent 4 phases. La phase III a pour but de comparer l’efficacité du nouveau médicament au placebo ou à un médicament de référence, s’il existe. En fonction des résultats des essais de phase III, le laboratoire qui le produit peut faire une demande d'autorisation de mise sur le marché, qui permettra plus tard la commercialisation du nouveau médicament. La 4è et dernière phase consiste en un suivi afin d'identifier tout effet secondaire grave et/ou inattendu dû à l’administration du médicament.

(2) Block Allocation Group : c’est l’un des modes d’attribution du temps de faisceau pour réaliser des expériences à SOLEIL (et dans d’autres synchrotrons). Plusieurs équipes se regroupent pour faire un dépôt de projet, puis se partagent le temps de faisceau attribué. Les BAGs sont particulièrement adaptés à la biologie structurale, car l’analyse de chaque échantillon est courte, donc cela permet ainsi d’optimiser les temps de faisceau.