Aller au menu principal Aller au contenu principal

Nos partenaires

SOLEIL a pu voir le jour grâce au soutien de partenaires convaincus et engagés à ses côtés. Ils sont historiquement cinq à s’investir activement, aux côtés de l’État, dans la vie de SOLEIL :

• les deux plus grands organismes de recherche français – le CNRS et le CEA –

• trois collectivités territoriales: la Région Île-de-France, le Conseil Départemental de l’Essonne et la Région Centre.

 
La recherche de nouveaux partenaires est au cœur du développement de SOLEIL, qu’il s’agisse de partenariats scientifiques ou industriels.

Le CNRS et le CEA : Des partenaires de premier plan

 

Le CNRS et le CEA sont les actionnaires de la société civile Synchrotron SOLEIL. Elle a été créée le 16 octobre 2001 par ces deux plus grands organismes de recherche français qui en détiennent respectivement les parts à hauteur de 72 % et de 28 %.

Pour le CNRS et le CEA, le rayonnement synchrotron est un outil essentiel pour faire progresser les connaissances fondamentales et développer leurs applications. De plus, la mise en œuvre des installations produisant ce rayonnement et son utilisation contribuent à des développements technologiques de pointe (physique des accélérateurs, optique, détecteurs, etc...). C’est pour cela que, face aux besoins croissants des scientifiques en techniques expérimentales synchrotron, tant en France qu’à l’étranger, dans des disciplines de plus en plus variées, ils ont souhaité promouvoir en commun le développement, la construction et l’exploitation d’une Très Grande Infrastructure de Recherche, constituée d’une source de lumière à très hautes performances et de lignes de lumière innovantes, destinées à être utilisées par de nombreuses communautés.

 

Des collectivités territoriales, partenaires privilégiés

La Région Île-de-France et le Conseil Départemental de l’Essonne sont les principaux partenaires de SOLEIL. Ayant activement soutenu le projet dès son origine et beaucoup œuvré à sa concrétisation, ils ont fortement contribué financièrement à sa construction et assurent aujourd’hui un suivi attentif de son développement.

En octobre 2002, ces collectivités territoriales ont signé avec l’État et SOLEIL une convention qui prévoit :

  • de favoriser l’accès des PME / PMI à l’utilisation des techniques synchrotron,
  • de garantir une bonne utilisation de SOLEIL par les scientifiques de la région (notamment les jeunes chercheurs en cours de formation, doctorants et post-doctorants),
  • de participer à la politique de développement de la culture scientifique en direction du grand public et du public scolaire,
  • une contribution de 183 M€, soit près de 60 % du coût de construction.

 
Peu après, la Région Centre a elle aussi souhaité s’associer à SOLEIL dans un partenariat structuré et exemplaire à plusieurs égards : elle a participé au développement de plusieurs lignes de lumière pour faciliter l’accès de SOLEIL à ses étudiants et à ses chercheurs, ces lignes étant également ouvertes à toutes les communautés nationales et internationales dans une dynamique de collaboration pluridisciplinaire.

 

Des partenariats en France, en Europe et dans le monde

Le développement de  la politique de partenariat de SOLEIL s’articule autour de deux axes : les partenariats de recherche (activités de recherche proprement dites + développements instrumentaux) et les partenariats industriels  pour valoriser la recherche scientifique et le développement technologique menés à SOLEIL.