Aller au menu principal Aller au contenu principal

SOLEIL accueille sa 10 000e utilisatrice !

Partager

Vendredi 7 septembre 2018 : un grand jour pour le Synchrotron SOLEIL !

Après 10 ans de lumière avec nos Utilisateurs.trices (SOLEIL leur a ouvert ses portes en 2008), nous avons eu la joie et l'honneur d'accueillir notre 10 000e Utilisatrice, c'est à dire la 10 000e personne différente venue pour réaliser un expérience : Camino Martin.

10 ans d'opération avec les Utilisateurs.trices, c'est aussi (chiffres relevés fin 2017) :

  • plus de 33 000 passages d'Utilisateurs.trices, en provenance de 2 175 laboratoires répartis dans 56 pays
  • 4 375 publications, et 500 thèses de doctorat
  • 5 858 projets d'expériences acceptés, pour 57 824 sessions de 8 heures de faisceau distribuées 

Et ce n'est qu'un début, il y aura encore de nombreux événements festifs à venir, comme la visite de la 10 000e Utilisatrice !

Camino Martin vient de l'Université de Cantabrie, à Santander en Espagne. Elle étudie à SOLEIL les effets de l'application d'une haute pression sur la morphologie de nano-tiges d'or, grâce à la Diffusion de Rayons X aux Petits Angles (Small Angle X-ray Scattering ou SAXS), technique expérimentale pour laquelle la ligne SWING est optimisée.

Du fait de leur petite taille (bien plus petite que les longueurs d'onde de la lumière visible), leur forme et leur surface très spécifiques, les nanoparticules présentent de nouvelles propriétés physiques ou chimiques. Les nanoparticules métalliques se distinguent des autres nanostructures (comme les "quantum dots", les nanoparticules magnétiques ou polymères) par l'existence unique d'une résonance de plasmon localisée sur leur surface. Cette réponse optique, qui résulte du confinement d'un photon dans une particule de petite taille, augmente certaines propriétés radiatives et non-radiatives des nanoparticules, et ouvre ainsi la voie à de multiples applications, comme, parmi d'autres, la spectroscopie de Raman de surface renforcée, la thérapie thermique, ou l'imagerie. 

La détermination des propriétés mécaniques des nanoparticules est un défi de taille, du fait de la difficulté à appliquer des forces bien définies à ces particules, et de la difficulté à en mesurer précisément les déformations. De nouvelles méthodes expérimentales sont donc nécessaires pour explorer ces propriétés, et les mesures spectroscopiques sous haute pression sont particulièrement prometteuses. 

Le but de cette expérience est d'investiguer la macrostructure, la forme et la taille de nano-tiges d'or immergées dans une solution d'éthanol-méthanol, sous haute pression, grâce au SAXS. En particuliers, les effets de la solidification du medium transmetteur de pression sur la forme et la taille des nano-tiges, leur agrégation et/ou leur réorientation, les contraintes seront analysés. 

Cette étude de solutions de nano-tiges par SAXS sous haute pression est rendue possible sur la ligne SWING par la capacité à adapter des cellules à enclume de diamant (diamond anvil cells ou DAC) sur l'échantillon. À la différence d'une expérience de microscopie électronique en transmission (transmission electron microscopy ou TEM), il est possible d'accéder ainsi à des informations macrostructurales in situ sur des nanoparticules plasmoniques sous haute pression.