Aller au menu principal Aller au contenu principal

Laëtitia Baringthon récompensée par le Prix Jeunes Talents France 2021 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science

Partager

Laëtitia Baringthon, doctorante sur la ligne de lumière CASSIOPÉE, en collaboration avec le C2N et l’unité mixte de physique CNRS/THALÈS, a reçu le 7 octobre 2021, le Prix Jeunes Talents France 2021 décerné par la Fondation L’Oréal, avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’UNESCO. 

Les femmes restent trop peu présentes dans la recherche scientifique : elles représentent aujourd’hui seulement 33 % des chercheurs dans le monde, et 28 % en France1. En Europe, 86 %2 des hautes fonctions académiques en sciences sont exercées par des hommes. Et moins de 4 % des prix Nobel de science ont été décernés à des femmes.

Ce prix de la fondation L’Oréal a pour objectif de contribuer à valoriser l’excellence scientifique des femmes, qui reste trop peu reconnue, dans un monde où, pour répondre aux grands défis actuels, il faut mobiliser tous les talents. 

Nous adressons toutes nos félicitations à Laëtitia, qui fait partie des 35 chercheuses récompensées, sélectionnées parmi 740 candidatures !

Laëtitia Baringthon, doctorante sur la ligne de lumière CASSIOPÉE

Née à Meaux, Laëtitia Baringthon quitte la métropole à l’âge de douze ans pour suivre ses parents dans leurs Antilles natales. Collège, lycée puis classe préparatoire s’enchaînent en Guadeloupe à mesure que son goût pour la science – « sa vocation » – se renforce. Pour la suite de ses études, Laëtitia Baringthon revient en Île-de-France, à 8000 kilomètres de sa famille, son « moteur ». Bien que confrontée à divers préjugés liés au manque de diversité, son parcours et son entourage scientifique témoignent d’une évolution plus égalitaire. Elle commence en 2018 son doctorat en Physique fondamentale dans le but d’améliorer les technologies de l’information et de la communication. Il s’insère dans un domaine fondamental, appelé spintronique, qui vise à exploiter une propriété quantique de l’électron : le spin. Son travail consiste à fabriquer et à tester des matériaux de quelques atomes d’épaisseur avec de nouvelles propriétés qui seront peut-être dans nos ordinateurs de demain. Passionnée par les analyses de données « car les résultats sont rarement comme on les attend », Laëtitia Baringthon ambitionne de parvenir à augmenter la vitesse de traitement des données et la densité d’intégration tout en diminuant la consommation d’énergie électrique des composants. 

Convaincue de sa responsabilité de femme de science vis-à-vis des jeunes générations, Laëtitia Baringthon plaide pour l’émergence de nouveaux rôles modèles pour questionner les stéréotypes : « Nous devons être plus nombreux et nombreuses à nous exprimer, pour que tous les jeunes, dans toutes leurs diversités sachent qu’ils ont leur place dans la science et que leur rôle y sera essentiel pour modeler un monde plus inclusif. » 

 

1-Source UNESCO, 2017 : http://uis.unesco.org/en/country/fr?theme=science-technology-and-innovation

2-She Figures, 2018.