Aller au menu principal Aller au contenu principal

Hommage à Pierre Thiry

Partager

A tous ceux qui l’ont connu, aimé et estimé, nous avons la profonde tristesse de vous faire part du décès, survenu le samedi 30 mars 2019,  de Pierre Thiry, pionnier du rayonnement synchrotron, passionné et expert de l’instrumentation et de ses applications.

Chercheur CNRS en Physique, au laboratoire de Physique du Solide de L’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), dirigé par M. Balkanski, Pierre Thiry a effectué l’ensemble de son travail à l’aide du rayonnement synchrotron et pour le rayonnement synchrotron. 

Dès 1972 il a fait partie du tout premier groupe qui a donné naissance au LURE (laboratoire pour l’Utilisation du Rayonnement Electromagnétique émis par les Anneaux de Collisions de l’Accélérateur Linéaire d’Orsay - ACO).

Entre 1975 et 1980, Pierre Thiry a réalisé un travail de thèse de Doctorat d’ETAT ès Sciences Physiques sous la Direction de Yves Petroff sur « la photoémission angulaire dans les solides : structure électronique de volume et de surface du cuivre. Ce travail s’est fait dans le cadre d’une collaboration entre l’équipe d’Yves Petroff (Université Paris VI) et celle de Jean Lecante (CEA, Saclay) et y ont participé, Robert Pinchaux, Daniel Dagneaux, Yves Petroff, ainsi que Dominique Chandesris, Yves Ballu, Claude Guillot, Gilbert Chauvin et Jean Lecante. Lorsque Pierre Thiry a entrepris ce travail, la photoémission en était à ses balbutiements. C'était le tout début de la photoémission angulaire dans le monde après la première expérience pionnière de Neville Smith à Bell Labs aux USA. Les premiers faisceaux ont été obtenus en 1973 à ACO, les ensembles lignes de lumière - monochromateurs utilisés ont été le fruit du travail de Pierre Thiry avec Robert Pinchaux, Daniel Dagneaux et Yves Petroff ainsi que Claude Depautex du LURE et Didier Lepère de Jobin-Yvon. L’expérience de photoémission angulaire, à proprement parler, a bénéficié de l’expertise de l’équipe de Jean Lecante du CEA Saclay en matière d’analyseur d’électrons.

Très rapidement les résultats ont été remarquables:

  • Première structure de bandes complète d’un métal
  • Effets à N corps dans le Ni
  • Première observation des états de surface sur les niveaux de cœur,

 

La thèse de Pierre Thiry a été soutenue le 4 mars 1980, il y a exactement 40 ans et demeure une référence dans le domaine de la photoémission angulaire.

 

Au début des années 80 Pierre Thiry a fait un séjour aux Etats-Unis, à NSLSI, Brookhaven Lab où il a travaillé sur la ligne de photoémission d’IBM où se montait l’analyseur d’électrons de Dean Eastman.

En tant que post-doc à IBM, Yorktown Heights et amenée à travailler sur la même ligne IBM, U8 entre 1986 et 1989, Amina TALEB se souvient avoir retrouvé sur la ligne U8, des notes de Pierre Thiry dans les cahiers de manip. Les collègues américains qualifiaient Pierre Thiry de « very skilled experimentalist and instrumentation visionary»

De retour au LURE, Pierre Thiry a contribué de manière significative à la construction de SUPERACO source 200 fois plus brillante que ACO, la première machine de 3ième génération,  dédiée aux rayons X_mous, UV, visible et IR. Il a montré tous ses talents dans la conception et calculs optiques, de monochromateurs X-mous (les premières lignes de spectroscopie jusqu’en 1995 avec Bruno Lagarde, comme la ligne de photoémission angulaire haute résolution franco-Suisse SU3, les lignes SA21, SA22, SA23, et François Polack pour les autres lignes).

Pierre Thiry a assumé plusieurs responsabilités au LURE, responsable de section scientifique, Directeur des services techniques et Directeur du Département Rayonnement Synchrotron au LURE à partir de 1993. Le département était scindé en 2 groupes (65 personnes), les Services généraux et les Expériences Super-ACO, DCI et 7 sous-groupes (Informatique générale, Détecteur et traitement du signal, Mécanique-Vide et Bureau d’Etudes, Optique, Electronique, Informatique Expériences, Instrumentation scientifique), plus 2 groupes rattachés pour ordre (Lab. Spécifiques et Opérations spécifiques).

Alors que les premières lignes de lumière de l’ESRF (la nouvelle source européenne de rayonnement synchrotron à Grenoble) sont mises à la disposition des utilisateurs septembre 1994, SOLEIL se profile à l’horizon.

En juillet 1994, un directoire composé de Marie-Paule Level, J. Faure, Pierre Thiry et Irène Nenner et d’un conseiller Jean-Louis Laclare, est chargé de démarrer le travail.

Pierre Thiry a ensuite fait partie du groupe projet chargé de réaliser l’Avant Projet Détaillé (APD) dirigé par Jean-Louis Laclare de mai 96 à avril 99. Pierre Thiry était  l’adjoint de Jean-Louis Laclare.

Puis il y a eu le coup d’arrêt ministériel du projet en août 1999 ! Il aura fallu plus d’un an de mobilisation des communautés nationales et internationales pour inverser la situation.

Pierre Thiry a quitté le LURE Juillet 1999 pour rejoindre l’ESRF où il a occupé la fonction de Directeur des services Techniques jusqu’au 30 juin 2010, date à laquelle il a pris sa retraite. Il s’est alors retiré dans sa maison en Ardèche pour le reste de sa vie.

 

Toute la communauté du rayonnement synchrotron, française et internationale, est émue et attristée par la perte d’un collègue dont on gardera l’image d’un gentleman, amical, aimable et exceptionnellement talentueux au niveau scientifique et instrumental.

Pierre Thiry aura contribué à servir différentes générations de notre communauté du rayonnement synchrotron. 

Toutes nos pensées vont à sa famille, son frère Yves, ses filles Anne Claire et Caroline ainsi que ses petits enfants.

Pierre Thiry se trouve à gauche de la photo